Plusieurs banques multilatérales de développement et l’OMS lancent une nouvelle plateforme d’investissement pour renforcer les services de soins de santé primaires

Dans le cadre d’une initiative historique visant à investir en faveur de services de soins de santé primaires essentiels et résilients face au climat et aux crises dans les pays à revenu faible et à revenu faible ou intermédiaire, et à renforcer ces services, trois banques multilatérales de développement se sont associées à l’OMS pour lancer la nouvelle Plateforme d’investissement pour l’impact sur la santé.

Cette plateforme, présentée lors du Sommet pour un nouveau Pacte financier mondial qui se tient à Paris, mettra à la disposition des pays à revenu faible et des pays à revenu faible ou intermédiaire un montant initial de 1,5 milliard d’euros sous la forme de prêts préférentiels et de subventions afin qu’ils puissent étendre la portée et l’étendue de leurs services de soins de santé primaires, en particulier pour les populations et les communautés les plus vulnérables et les moins bien desservies.

Les membres fondateurs de la Plateforme sont la Banque africaine de développement (BAD), la Banque européenne d’investissement (BEI), la Banque islamique de développement (BID) et l’OMS. Comme l’enjeu est mondial, la Banque interaméricaine de développement (BID) envisage également d’entrer dans ce partenariat en vue d’étendre cette initiative à la région de l’Amérique latine et des Caraïbes.

L’OMS coordonnera les politiques de la Plateforme. Elle sera chargée de veiller à ce que les décisions relatives au financement soient conformes aux priorités et aux stratégies nationales en matière de santé. Le secrétariat de la Plateforme aidera les gouvernements à développer la santé au niveau national et à privilégier les plans d’investissement dans les soins de santé primaires. La plateforme visera également à favoriser des investissements plus larges dans les soins de santé primaires à l’appui des stratégies gouvernementales en matière de santé…

Lire la suite…

Source: OMS

Related Articles

Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *