Maladies chroniques: l’observation du jeûne tributaire de l’état de santé de chaque patient

ALGER – Le chef de service de cardiologie au CHU, Nafissa-Hammoud (Ex Parnet), Pr. Djamal Eddine Nibouche et le chef de service de médecine interne à l’Etablissement public hospitalier de Birtraria (El-Biar), Pr. Ammar Tebaibia ont affirmé que “le jeûne des malades chroniques durant le mois sacré de Ramadhan demeure tributaire de l’état de santé de chaque patient”.

Dans une déclaration à l’APS, Pr. Nibouche a précisé que le jeûne des patients atteints de cardiopathies “est étroitement tributaire de l’état de santé de chaque cas dans la mesure où le jeûne est permis à une catégorie et interdit à une autre”.

Ce pilier de l’Islam peut être accompli par les cas critiques guéris d’une crise cardiaque après trois mois sans laisser de séquelles graves, a-t-il expliqué.

Concernant les patients ayant des endoprothèses (stent), Pr. Nibouche estime que cette catégorie de patient ne peut pas observer le jeûne jusqu’à ce que son cœur ou corps s’adapte à ce support. En cas d’observation de tachycardie (rythme cardiaque rapide), le patient doit impérativement rompre le jeûne, a-t-il conseillé…

Lire la suite…

Source: APS

Related Articles

Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *