L’OMS présente un Cadre pour la mise en place de systèmes de santé à faibles émissions de carbone et résilients face aux changements climatiques

Face à l’évolution rapide du climat, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a présenté un nouveau Cadre opérationnel pour la mise en place de systèmes de santé à faibles émissions de carbone et résilients face aux changements climatiques. Ce cadre global, qui a été publié dans la perspective de la prochaine Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP-28), est destiné à renforcer la résilience des systèmes de santé tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre, afin de préserver la santé des communautés dans le monde entier.

« Partout dans le monde, les systèmes de santé sont vulnérables aux impacts du changement climatique, mais ils y contribuent également », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. « Nous avons donc la double responsabilité de construire des systèmes de santé pouvant résister aux chocs climatiques, tout en réduisant leur empreinte carbone. Ce cadre fournit aux pays une feuille de route pour y parvenir ».

Alors que les températures mondiales augmentent et que les phénomènes météorologiques extrêmes deviennent de plus en plus fréquents, il n’a jamais été aussi crucial de mettre en place des systèmes de santé résilients face aux changements climatiques. Le cadre de l’OMS propose une voie novatrice pour relever ce défi, avec pour mission essentielle de protéger et d’améliorer la santé des populations face à l’instabilité et à l’évolution du climat.

En outre, il met l’accent sur l’optimisation de l’utilisation des ressources et la mise en œuvre de stratégies visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre, tout en continuant à privilégier la résilience climatique. Ce cadre offre au secteur de la santé l’occasion de montrer l’exemple en réduisant ses propres émissions de gaz à effet de serre, lesquelles représentent aujourd’hui près de 5 % du total mondial, et ce, en continuant d’améliorer la qualité des soins.

Le cadre présente différents moyens permettant aux systèmes de santé de renforcer leur climatorésilience et de décarboner leurs activités, en fonction de leur performance globale, de leurs niveaux d’émissions de gaz à effet de serre et de leurs capacités dans les domaines du changement climatique et de la santé. Il s’agit notamment des systèmes des pays à faible revenu qui ont besoin d’améliorer l’accès à l’énergie et la prestation de services de santé pour assurer la couverture sanitaire universelle. La mise en place de systèmes de santé à faibles émissions de carbone et résilients face aux changements climatiques contribue à l’engagement de l’OMS à fournir des services de santé sûrs et de qualité tout en contribuant à lutter contre les causes profondes du changement climatique.

Les principaux objectifs du cadre de l’OMS sont les suivants :

  • orienter les professionnels du secteur de la santé dans la lutte contre les risques sanitaires liés au climat au moyen de la collaboration ;
  • renforcer les fonctions des systèmes de santé en matière de climatorésilience et d’approches de santé visant à parvenir à de faibles émissions de carbone ;
  • soutenir l’élaboration d’interventions spécifiques pour l’atténuation des risques climatiques et la réduction des émissions ; et
  • définir les rôles et les responsabilités des décideurs du secteur de la santé en matière de climatorésilience.

Les avantages de la mise en œuvre de ce cadre vont bien au-delà du domaine des soins de santé. En effet, par la réduction des émissions de gaz à effet de serre et le renforcement de la résilience des systèmes de santé, nous contribuons aux objectifs plus larges de la couverture sanitaire universelle (CSU), de la sécurité sanitaire mondiale et aux objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies.

Ce cadre a été élaboré à la suite d’une demande de soutien de l’OMS formulée par les ministres de la Santé de plus de 75 pays en vue de mettre en place des systèmes de santé durables, à faibles émissions de carbone et résilients face aux changements climatiques. Ces pays ont rejoint l’Alliance pour une action transformatrice sur le climat et la santé (ATACH) pendant la 26e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26) dont la présidence était assurée par le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord en novembre 2021. Le Royaume-Uni et l’OMS ont ensuite officiellement créé l’ATACH en juin 2022 pour faire avancer ce programme ambitieux.

Ce document complet est non seulement une feuille de route pour les organisations et les autorités du secteur de la santé, mais aussi une ressource précieuse pour les décideurs dans les secteurs déterminants pour la santé. Les organismes de santé publique, les responsables de l’élaboration des politiques et les institutions spécialisées peuvent bénéficier des connaissances et des stratégies décrites dans le cadre.

Le Cadre opérationnel de l’OMS pour la mise en place de systèmes de santé à faibles émissions de carbone et résilients face aux changements climatiques est une composante d’un plan directeur pour un secteur de la santé durable et résistant à l’épreuve du temps. Il fournit une voie claire aux systèmes de santé pour protéger les communautés dans un contexte climatique en constante évolution, réduire les émissions de gaz à effet de serre et contribuer à la réalisation des objectifs mondiaux en matière de santé.

Lors de la conférence COP-28, au cours de laquelle une journée consacrée à la santé sera organisée dans le cadre de la Conférence des Parties, cette occasion historique soulignera l’importance d’intégrer les priorités en matière de santé publique dans les discussions sur le climat.

Équipe Changements climatiques et santé, OMS

Courriel : medlicottk@who.in

Source: OMS

Revenir à la page d’accueil…

Related Articles

Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *