Journée arabe de la santé: Saihi appelle à une action collective pour faire face à la crise climatique

ALGER – Le ministre de la Santé, Abdelhak Saihi, a appelé, jeudi, à une action collective pour faire face aux effets de l’aggravation de la crise climatique sur les sociétés arabes et trouver des solutions communes aux problèmes environnementaux et sanitaires.

Présidant la cérémonie d’ouverture de la célébration de la Journée arabe de la santé, tenue au siège du secrétariat général de la Ligue arabe au Caire, en sa qualité de président en exercice du Conseil des ministres arabes de la Santé, M. Saihi a précisé, dans une intervention par visioconférence, que cette célébration “reflète notre engagement à œuvrer de manière coordonnée au développement de nos sociétés arabes par le renforcement des opportunités de coopération, de transfert des connaissances et des expertises et d’échange des meilleures pratiques dans le domaine de la santé pour répondre aux préoccupations et aux exigences de nos citoyens, en tenant compte des effets du changement climatique sur la santé”.

La crise climatique “s’aggrave”, a averti le ministre, évoquant les vagues de canicule, la sécheresse, les incendies et les inondations enregistrés ces dernières années.

A cet égard, il a souligné qu'”outre les répercussions évidentes sur notre environnement, on ne peut pas ignorer les effets de ce phénomène sur la santé de nos citoyens, d’autant que l’Organisation mondiale de la santé a déclaré que le changement climatique constitue la plus grande menace sanitaire à laquelle l’humanité est confrontée”.

Il a souligné la nécessité de “travailler main dans la main pour trouver des solutions communes aux problèmes environnementaux et sanitaires auxquels nous sommes confrontés, car le changement climatique exige une action collective et coordonnée”. “De même, il est nécessaire de renforcer notre système de santé arabe pour faire face aux nouveaux défis”, a-t-il ajouté.

Dans le même sillage, M. Saihi a évoqué les effets des catastrophes naturelles (pertes humaines, blessures corporelles, traumatismes psychologiques, etc.) et les défis qu’elles génèrent pour le système de santé avec un affaiblissement des infrastructures sanitaires, ce qui complique l’accès aux services médicaux vitaux, entraînant souvent un déplacement forcé de population et la propagation de nouvelles maladies et épidémies.

Qui plus est, le changement climatique “impacte directement la qualité de l’air que nous respirons et augmente le risque d’apparition des maladies respiratoires et de la propagation des maladies contagieuses”, a prévenu le ministre, évoquant aussi “ses effets sur la disponibilité et la qualité de l’eau et la production agricole”.

“Pour relever ce défi, l’Algérie veille, dans sa riposte, à ne pas compromettre les efforts de progrès et de développement national en raison du changement climatique, pour éviter les coûts colossaux qui pourraient résulter de l’absence de mesures”, a affirmé M. Saihi.

Il a cité, dans ce sens, “le Plan stratégique national climat” mis en place au titre d’une approche multisectorielle, basée sur la définition des grands défis auxquels notre pays fait face en termes de changement climatique et des secteurs prioritaires (santé, agriculture, ressources en eau et environnement”.

Dans le domaine de la santé, l’Algérie a recensé les facteurs de vulnérabilité et arrêté les mesures nécessaires pour adapter le système de santé, a ajouté le ministre…

Lire la suite…

Source: APS

Revenir à la page d’accueil …

Related Articles

Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *